ET SI LE COLONIALISME N’ÉTAIT QUE L’HISTOIRE DE L’EXPLOITATION FORCEE DES RESSOURCES MATERIELLES ET HUMAINES DES COLONISES ? POINT DE VUE D’AFRICAINS

mercredi 1er février 2012
popularité : 3%

Mardi 28 Février de 18 H à 22H

A différentes époques correspondent des modes de colonisation ainsi que des justificatifs différents : la sécurité, apporter la civilisation, la démocratie, la vraie religion, mais on observe qu’il s’agit généralement, en réalité, d’un motif économique : besoin de main d’œuvre bon marché (dont l’esclavagisme), libre circulation des biens et des commerçants, pillage de produits miniers, agricoles, etc. Il ne s’agit pas uniquement des Etats, ex-coloniaux ou non, mais aussi de catégories socio-économiques comme le monde de la finance, les multinationales, etc.

On peut ainsi distinguer différentes méthodes du colonialisme : par la dette, par le contrôle des élites et l’élimination des insoumis, par la maitrise des coûts des matières premières, la spéculation, l’achat des terres ou de concession de pêche, par le soutien à des rebellions, par la diabolisation médiatique pouvant aller jusqu’à justifier une recolonisation par voie militaire, par le commerce des armes, la corruption, etc.

Il reste que, quelque soit les motifs avancés et les moyens utilisés par le colonisateur, la conséquence et donc le but est l’exploitation forcée des ressources matérielles et humaines des colonisés.

Animé par Lanciné Camara Espace Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, Paris 2è.

  • 18h00. Accueil, Présentation des intervenants et introduction par Lanciné Camara, journaliste, Président de l’UIJA basée à Paris et directeur de publication du magazine Le Devoir Africain.
  • 18h40.

« Du développement injuste au développement juste de l’Occident. Défis majeurs pour l’Occident et l’Afrique »

par Armand Mavinga Tsafunenga, Ecrivain poète, Ambassadeur de paix, chercheur, expert en formulation des politiques culturelles pour le développement en Afrique, Président du Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) et du Centre d’études et de promotion de la culture et de la communication en Afrique (CEPROCOM)

  • 19h10.

« L’état de non droit du pillage des matières premières et des ressources naturelles ou bien humaines en Afrique »

par Maître Norbert Tricaud, Avocat au Barreau de Paris et spécialiste de la RDC.

  • 19h30.

« Le franc cfa un moyen néocolonial pour la France d’aujourd’hui de contrôler l’économie des anciennes colonies africaines ».

Cette mise sous tutelle permet ainsi à la France à la fois de tirer profit des économies de la zone cfa mais aussi de bloquer toute possibilité d’indépendance politique et donc de développement. Intervenant : Dr Nicolas Agbohou, Politologue, économiste monétariste, enseignant, écrivain et spécialiste de la monnaie, le franc CFA, Il a publié notamment : Les causes structurelles de la faim en Afrique, Le franc CFA et l’euro contre l’Afrique

  • 20h20. Débat avec la salle — 21h20 Conclusion par Lanciné Camara,
  • 21h40. 40 Séance de dédicaces (en cas de retard dans un bistro proche de la salle après 22h)
  • 22h. Fin de la conférence

— Lieu : Espace Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, Paris 2è. 01 55 80 78 35 -

M° Sentier ligne 3 ou parking au 42 rue Aboukir 01 40 13 98 20 sinon à 300m près du M° Bourse

— Renseignements : Maud Martin 06 63 98 64 37 ou Jean-Paul Vanhoove 06.21.05.47.38 (Plateforme Panafricaine)



Commentaires