Agenda de la semaine anticoloniale (mis à jour)

mardi 17 février 2009
popularité : 2%

Edition 2009 de la semaine anticoloniale

du samedi 14 au mardi 24 février

« Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront à glorifier le chasseur » (proverbe africain). - Voila pourquoi, entre autre, l’histoire coloniale si peu glorieuse pour les pays du nord dit démocratiques est déformée si ce n’est purement et simplement ocultée. C’est, entre autre, parceque le travail de mémoire n’a pas été fait que le colonialisle, une forme particulièrement violente de cette malédiction qu’est l’exploitation de l’homme par l’homme, base naturelle du capitalisme prédateur dont la crise qui s’annonce est la dernière illustration. Il ne suffit pas d’en rejetter la responsabilité sur les classes exploiteuses de l’époque pour se rassurer. Notre époque génère des formes de colonialisme tout aussi inexcusables : pillage des ressouces minières, esclavagisme indirecte par l’orgnisation de la dette, incitation à la violence par la vente d’arme, provocation des famines par spéculation sur la nourriture des plus pauves, etc. . C’est l’objectif de la semaine anticoloniale, du 14 au 24 février de d’aider à prendre conscience de ce qu’est le colonialisme d’hiers et d’aujourd’hui afin d’éviter un monde invivable à nos enfants. Les evènement antillais de ces dernières semaine en sont une illustration. S’il ne sont pas pris en compte dans cette semaine anticoloniale, ce n’est pas que les organisateurs n’aient pas conscience de l’origine coloniales du malaise mais qu’un collectif aussi large que celui de la semaine ne peut réagir à chaud et sans concertation préalable.

Rens. sur www.anticolonial.org

Origine de la semaine Anti-coloniale. Le 23 février 2005, l’Assemblée nationale votait une loi scélérate sur le bilan positif de la colonisation alors que pendant plus de quatre siècles la France a participé activement à la traite négrière, à la déportation des populations de l’Afrique sub-saharienne, a massacré et imposé sa loi sur des dizaines de peuples dont elle a pillé les richesses, détruit les cultures, ruiné les traditions, nié l’histoire, effacé la mémoire, nié les forfaitures subies dans les colonies de l’Océanie, d’Indochine, du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne, de Madagascar, ..... La loi de 1955 sur l’état d’urgence employée de la Guerre d’Algérie à la Nouvelle Calédonie a été utilisée directement dans les cités et les quartiers populaires contre ceux qui sont déjà discriminés à l’embauche, au logement, à la santé, à l’école et aux loisirs, contre les premières victimes de l’exclusion sociale et de la précarisation. En 2007, Nicolas Sarkozy en instituant un ministère dit de “l’identité nationale” et en tenant des discours à la gloire de la colonisation (à Marseille, Toulon et Dakar) légitime une vision colonialiste de la société, de l’histoire et de l’Etat. Le 26 févier 1885, la Conférence internationale de Berlin réunissait les puissances occidentales qui, au nom de leur prétendue mission civilisatrice et humanitaire, dépeçaient l’Afrique pour se partager des empires coloniaux.

Objectifs de la semaine Anti-coloniale. Nous partons de deux constats :

il y a occultation de la mémoire, de l’histoire de la colonisation française, cette page sombre de l’histoire nationale. Ensuite, dans la France d’aujourd’hui, les discriminations touchent particulièrement les descendants des colonisés, notamment en ce qui concerne le logement, le travail et l’éducation. Pour cela, nous voulons :

- Informer sur les enjeux d’hier, d’aujourd’hui et de demain de l’anti-colonialisme.

- Promouvoir les valeurs de l’anti-colonialisme et de l’égalité. - Donner une plus grande visibilité à l’anti-colonialisme.

- Permettre le développement d’une mémoire partagée par tous en organisant une vraie réflexion sur le passé colonial.

- Lutter contre l’impunité des crimes coloniaux - Reconnaître la responsabilité des pays colonisateurs et esclavagistes.

- Permettre de lutter contre les discriminations héritées de notre histoire coloniale.

Non, la colonisation n’a pas joué un rôle positif, car elle s’est toujours fondée sur la violence, l’humiliation, la dépossession… La supériorité d’un peuple sur un autre, le racisme étant son fondement exclusif, est en soi inacceptable. Cette “Semaine anti-coloniale”, est organisée au niveau local, régional, national et international. Elle réunit chaque année tous les militants associatifs, syndicaux, politiques, français et immigrés, voulant rendre visible la mémoire et l’actualité de l’anti-colonialisme sous toutes ses formes. Un collectif national organise la semaine Anti-coloniale pour fédérer autour de ce projet commun toutes les énergies.

Ensemble exigeons :

- L’abrogation de la loi du 23 février 2005 et la reconnaissance par l’Etat Français de sa responsabilité dans les crimes coloniaux.

- La fin des rafles et des expulsions, la régularisation des sans papiers.

- La Suppression du Ministère liant identité nationale et Immigration.

- Le retrait des administrateurs de la banque de France des conseils d’administration des banques centrales africaines.

- La suppression des dernières colonies françaises. De nombreuses autres actions et initiatives sont organisées.

Découvrez-les sur www.anticolonial.org

Ont participé, parrainé ou soutenu la semaine anticolonial 2008 : CADTM, MRAP, CEDETIM, FTCR, Au Nom de la Mémoire, ACG (Agir contre la Guerre), ATTAC, AFASPA, UNADE, Les Ambassadeurs de la mémoire, CAAC-Comores, Ishtar, L’Yeux Ouverts, Cercle Frantz Fanon, ACCA, Maison d’Europe et d’Orient, ACB, Resisting Women (femmes en résistance), ZEP, Voie Démocratique, Baraka, FETAF, Espace L’Harmattan, AIDSPK (Solidarité avec le Peuple Kanak), Collectif Féministe pour l’Egalité, Peuples sans frontières, FTCR, ATMF, COPAF, UPG, Fraternité Franco-Africaine (FFA), Centre culturel Kurde, IPAM, Fraternité franco-africaine (Toulouse), Actus Tchad, AFASPA (Association Française de Solidarité avec les Peuples d’Afrique), Droit Devant, MPE, La Plateforme Panafricaine, Rouge, Radio Soleil, Radio Fréquence Paris Plurielle 106.3 FM, Politis, APPA... avec le soutien de : Alternatifs, Les Verts, PCF, PCOF, LCR ...

La semaine anticolonial 2009 : 4 ans après le vote de la loi du 23 février 2005 qui fait l’apologie du colonialisme, ce texte n’est toujours pas abrogé. Nous constatons les discriminations qui touchent particulièrement les descendants des peuples colonisés (logement, travail, éducation…) et l’occultation de la mémoire de l’histoire de la colonisation française, des luttes d’émancipation des peuples et de la réalité coloniale et néocoloniale d’aujourd’hui. L’actualité : -Volonté d’annexion d’une île des Comores par la France - Massacre de Gaza dans le cadre d’une radicalisation de la politique coloniale de l’Etat d’Israël - Les grèves, manifestations… en Guadeloupe, Martinique qui se développent contre une politique héritée du système colonial - Les conséquences désastreuses de la crise financière en Afrique accentuées par le maintien du système du Franc CFA et de la dette. Il faut donc sortir de cette logique infernale.

Les points forts de cette semaine : Les initiatives de la Semaine Anti-coloniale sont annoncées sur le site www.anticolonial.org dont les 5 temps-forts :

samedi 14 février de 10h à 17h30 : Colloque "dernières colonies françaises"

mercredi 18 février : Soirée du livre anti-colonial 19h30 à 20h30

vendredi 20 février : Colloque Franc CFA 19h30 Mairie de Montreuil

samedi 21 février : manifestation Anti Coloniale à 14h rassemblement Place des droits de l’Homme

mardi 24 février : Election et remise du prix du "colonialiste de l’année" au cours du banquet

Présentations des actions

samedi 14 février de 10h à 17h, Colloque consacré à l’occupation illégale de l’île comorienne de Mayotte et réalisé dans le cadre de l’édition 2009 de la semaine anticoloniale. Depuis plus de 33 ans la France refuse de se mettre en conformité avec le droit international. Elle veut faire de l’île comorienne de Mayotte son 101e département, à l’issue d’un référendum prévu le 29 mars 2009. Référendum qui est d’ores et déjà condamné par les Nations Unies et l’Union africaine. A partir de cet exemple sera analysé la politique et les méthodes du colonialisme français vis-à-vis de ses dernières colonies et les actions à mettre en œuvre pour y résister. Action de : Lieu : Bourse du Travail, salle Léon Jouhaux, 67 rue Turbigo Paris 3ème, M° République - Rens : Le CAAC (Collectif des Associations et Amis des Comores) 06-99-93-10-20 caac.comores@gmail.com / : www.anticolonial.net --- Signez la pétition sur : www.sos-comores.org

samedi 14 février à 20h : Projection-débat ’Un Aller simple pour Maoré’ et débat avec Agnès Fouilleux, la réalisatrice et le Collectif des Associations et Amis des Comores (CAAC Comores) - Le 29 mars se déroulera à Mayotte un référendum illégal selon le droit international, destiné à faire départementaliser l’île. Ce référendum fait écho au référendum de 1975 sur l’ensemble de l’archipel qui aurait du aboutir selon le droit international à une indépendance totale de l’archipel, et, pendant lequel des pressions violentes ont été exercées à Mayotte sur les populations. La françafrique est historiquement associée par les acteurs communs, tel que le mercenaire Bob Dénard, au destin des Comores. Cette départementalisation aboutira à de nombreuses aberrations sociales, économiques, culturelles, démographiques qui feront perdurer encore longtemps des dangers de tensions politiques, qui pourraient aller jusqu’à une nouvelle crise violente. De nombreuses familles sont séparées, une large part de la population à Mayotte est clandestine et le restera. Culture et religion (musulmane) sont communes et les migrants européens sont ultra-minoritaires. La politique contraire aux droits humains de Sarkozy aggrave quotidiennement la violence de la situation, et des milliers de comoriens, les morts ‘Balladur’ sont déjà morts dans les tentatives de passages entre les îles. L’ensemble constitue un scandale pour l’instant occulté, digne de l’ensemble de l’histoire coloniale et néocoloniale française. Lieu : Espace Saint-Michel, 7 Place St Michel, Paris 5è - Rens. 01 44 07 20 49, cinemasaintmichel.free.fr http://www.anticolonial.net http://www.lesfilms.info

samedi 14 février à 20h Théatre anticolonial : "Ma guerre d’Algérie" Une pièce témoignage plein de poésie et d’humilité de et par Bernard Gerland suivie d’un débat à ne pas rater - Tarif 5€ - Lieu : Cave à Théatre, sous l’école Jean-Moulin, 58 rue Estienne d’Orves à Colombes (92) - Rens contact@anticolonial.net http://www.anticolonial.net

mardi 17 février à 19h : Conférence-Débat : Un nouveau cycle de luttes sociales et politiques en Afrique sub-saharienne. La crise alimentaire a été un puissant catalyseur des contestations sociales sous-jacentes. Mais depuis le milieu de la décennie, la multiplication des soulèvements témoigne des mutations et recompositions du mouvement social en général, du mouvement syndical en particulier. En retour, si la question sociale domine les revendications, la question politique et démocratique surgie immédiatement dans les manifestations - Lieu CICP, 21 ter, rue Voltaire, 11e, M° Rue-des-Boulets ou Nation - Rens. http://www.anticolonial.net/spip.ph... www.survie-paris.org

mardi 17 février à 20h : Conférence-débat, Mercenaires, services et néocolonialisme en Afrique, avec Robert Lejeune (AFASPA) etc. - lieu : CICP 21-ter rue Voltaire Paris 11ème, M° les Boulets - Rens. 01 49 93 07 60 / fax : 01 49 93 08 31 / afaspa@wanadoo.fr / www.afaspa.com

mercredi 18 février de 19h30 à 23h30 : Soirée du Livre Anticolonial organisé par dans le cadre de la Semaine Anticoloniale 2009 par les librairies Ishtar, Le Point du Jour & Envie de Lire - Il s’agit de rendre hommage au combat anticolonial et anti-impérialiste des peuples en ces temps de recolonisation et de tentatives pour justifier le bilan tragique du colonialisme. À une époque où la chosification marchande s’étend à toutes les sphères de l’existence il est plus que jamais necesssaire de revitaliser la pensée anti-impérialiste, anticolonialiste, antisioniste, antiraciste et anticapitaliste comme un élément du combat de l’humanité pour l’émancipation. Programme : Remise du Prix du Livre Anticolonial à l’ouvrage : Petit précis de remise à niveau sur l’histoire africaine à l’usage du président Sarkozy (La Découverte, oct 08) - Spectacle-théâtre "Mayombé Bombé" : un homme dans le manteau noir de la nuit. Par Toussaint Carilien - Expressions artistiques et plastiques avec Chantal Viaud, Nestor Mensah, Benoit Moreau &Julien Signolet. - Lieu Centre Culturel La Clef, 21 rue de la Clef, Paris 5è - Rens. 01 43 29 33 08 / 01 43 26 20 17 / 01 46 70 35 03 contact@espace-ishtar.fr www.anticolonial.net www.espace-ishtar.fr

vendredi 20 février de 19h à 23h : Colloque sur “Le Franc CFA à l’heure de la crise internationale“ (Franc des Colonies Françaises d’Afrique) animé par le CADTM, avec Nicolas Agbohou, auteur de “Le Franc CFA et l’Euro contre l’Afrique“, professeur d’Economie et François Ndengwe, professeur d’Economie. - Lieu : Salle des fetes de la mairie de Montreuil, place de l’Hotel de ville de Montreuil Place Jean Jaurès - www.survie-paris.org http://www.anticolonial.net

samedi 21 février de 14h à 17h30 : Grande manifestation Anti-coloniale : Rassemblement à la Place des Droits de l’Homme au Trocadéro Paris 16ème, puis, en fonction de la situation ce jour là :convergence unitaire vers l’Elysée. - Rens. 01 40 90 05 15 http://banlieue-monde.blogspot.com/

samedi 21 février : Commémoration de la mort de Missak Manouchian - Le 21 février 1944, les nazis assassinaient un groupe de 23 résistants de la Main-d’oeuvre Immigrée, arméniens, juifs polonais, juifs hongrois, espagnols, italiens, dirigé par le résistant communiste arménien Manouchian., restés dans l’histoire sous le nom de l’Affiche rouge. Manouchian combattait le fascisme le racisme, le nationalisme et le colonialisme. - Rens. 01 40 90 05 15 http://banlieue-monde.blogspot.com

lundi 23 février de 15h à 19h : Conférence La République Démocratique du Congo face à la recolonisation, Intervenants : Mawete Makisosila (Homme de culture, spécialiste des cultures et civilisations Kongo) ; Robert Kongo (Journaliste, sociologue). En présence de Noël Mamère, Député. - Lieu : Assemblée Nationale, 101, rue de l’Université, Paris 7è, M° Assemblée Nationale ou Invalides - Rens. 06 12 06 68 72 unionducongo@gmail.com Inscription obligatoire. Une pièce d’identité sera demandée. http://unionducongo.blogspot.com/

mardi 24 février : Banquet de la nuit Anti-coloniale Repas et remise du prix du colonialiste de l’année 2009. CICP, 21ter rue Voltaire, 75011 Paris 11è, M° Boulet - Réservation sur contact@anticolonial.net



Commentaires