Non à un procès fantoche, libération des prisonniers sahraouis de Salé

mercredi 9 janvier 2013
popularité : 2%

PNG - 65.1 ko

Non à un procès fantoche, libération des prisonniers sahraouis de Salé

Après deux reports de procès devant une juridiction militaire, les 13 janvier et 24 octobre 2012, reports annoncés la veille hors la présence des détenus, de leurs avocats ou des observateurs présents à Salé, le pouvoir marocain récidive en 2013 et annonce un procès le 1er février 2013. Devraient comparaître, les 23 ou maintenant 24 militants sahraouis, en détention provisoire sans inculpation, depuis plus de deux ans dans la prison de Salé 2.

Arrêtés en novembre 2010, torturés, cruellement traités au moment de leur arrestation, ils "paient " depuis deux années le prix de la mobilisation massive du camp de Gdeim Izik, que les autorités marocaines d’occupation entendent faire oublier. Militants actifs, responsables du comité de dialogue, ces 23 ont été parmi les 20 000 Sahraouis présents à Gdeim Izik, parmi les plus présents et les plus valeureux. L’acte d’accusation au nom duquel les autorités marocaines les maintiennent en prison, tente sans preuve de les faire passer pour une bande criminelle qui a porté atteinte aux fonctionnaires publics dans l’exercice de leur fonction.

Ce n’est pas un procès mais un règlement de compte politique que le Maroc met en oeuvre pour rendre impossible tout nouveau "campement de la dignité".

Le risque est grand pour les 23 : tribunal militaire, cour martiale et la perspective d’une réclusion à perpétuité pour atteinte à la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat. Mais le risque est grand aussi pour le Makhzen qui de report en report hésite sur la conduite à suivre, un tel procès plutôt que d’étouffer les mobilisations ne risque-t-il pas de les faire renaître encore plus fortes ? L’observation de la situation au Sahara occidental doit sans aucun doute le préoccuper, rassemblements, sit-in, jeunes qui arborent les insignes de la RASD et le drapeau et défient la police. Situation mieux connue désormais avec les dernières missions de l’ONU ou des associations des droits de l’homme.

La seule bonne solution est leur libération immédiate et l’abandon d’une procédure fantoche ! c’est ce que nous allons dire au Président Hollande qui sera en voyage officiel au Maroc dans les prochaines semaines.

Il faut cependant réagir aux demandes des associations sahraouies comme l’ASVDH qui appellent au soutien des associations des droits de l’homme et interpellent les chancelleries présentes au Maroc. Aussi il faut être prêts : si jamais le procès se tient, il faudra être nombreux pour son observation et mobilisés pour l’organisation de la solidarité avec les prisonniers et leurs familles. Nous y serons !

Association des Amis de la RASD

356 rue de Vaugirard 75015 Paris

www.sahara-info.org / www.ecrirepourlesliberer.com



Commentaires

Logo de online writing jobs
mercredi 9 janvier 2013 à 17h54 - par  online writing jobs

I would like to thank you for the efforts you have made in writing this article. I am hoping the same best work from you in the future as well. http://writerscash.com/