A Paris, un colloque anti-islam fait l’objet de vives protestations.

dimanche 19 décembre 2010
par  Kamel
popularité : 2%

Des centaines de personnes, un millier selon les organisateurs, ont applaudi samedi 18 décembre les discours contre l’islam qui se sont succédé lors d’un colloque organisé à Paris par le mouvement d’extrême droite Bloc Identitaire. Ces "Assises contre l’islamisation de l’Europe", prévues de longue date, ont eu lieu une semaine après les propos polémiques de la vice-présidente du FN, Marine Le Pen, faisant un parallèle entre les prières dans la rue de musulmans et l’Occupation.

Toute la journée, dans l’Espace Charenton (12e arrondissement) des intervenants venant de plusieurs pays d’Europe se sont succédé à la tribune, dénonçant les "dangers" que ferait courir la religion musulmane sur les pays du Vieux continent. Leader du Bloc Identitaire, Fabrice Robert s’est félicité de "ce véritable succès". "Le message c’est de montrer que l’islam est une menace pour la laïcité et pour les valeurs de la civilisation européenne", a-t-il affirmé, assurant que "le problème n’est pas qu’il n’y a pas assez de mosquées, mais qu’il y a trop de musulmans". "Invité de marque" de la journée, Oskar Freysinger, porte-drapeau de l’UDC, parti d’extreme-droite suisse qui a fait approuver deux référendums en douze mois contre les minarets et pour l’expulsion des délinquants étrangers, a été reçu comme un héros et ovationné par le public. Dans son discours, il a dénoncé le "dogme" et "la religion" du "multiculturalisme", affirmant qu’"il n’y a qu’en Europe qu’on ne veuille croire que tout le monde est gentil si on est gentil avec lui". Si la laïcité a été brandie à de nombreuses reprises par les intervenants, certains faisaient clairement la distinction entre la chrétienté et la religion musulmane, et les références aux "valeurs" de l’Occident se sont multipliées.

"LA LAÏCITÉ, CE N’EST PAS LA HAINE"

Un peu plus tôt, environ 200 militants de gauche ont manifesté à proximité de l’Espace Charenton pour protester contre ces "assises". Lors de cette contre-manifestation, la députée PS de Paris, Sandrine Mazetier, a appelé à ne pas se laisser "voler l’idée même de République". "La laïcité, ce n’est pas la haine, pas la persécution de la majorité sur la minorité", a-t-elle ajouté. Des militants du NPA, du Parti de gauche, de SOS Racisme, de la LDH et d’Attac comptaient notamment parmi les participants qui ont martelé leur opposition à l’événement. Le maire de Paris avait demandé l’interdiction de ce colloque et le préfet de police avait mis "solennellement en garde" les organisateurs contre tout risque de dérapage.



Commentaires