Colloque : Sortir du colonialisme : entre lutte et négociations

vendredi 18 février
samedi 5 février 2011
popularité : 2%

Sortir du colonialisme : entre lutte et négociations

Vendredi 18 février Au siège du PCF, 2 place du colonel Fabien à Paris, métro Colonel Fabien

Dans leurs luttes pour faire valoir leurs droits, les peuples colonisés s’efforcent de faire basculer un rapport de force instauré par les puissances coloniales. Dans cette lutte, les négociations sont un enjeu essentiel pour sortir de la situation coloniale. Mais elles constituent elles-mêmes un espace de lutte où les colonisés créent des opportunités, mais où ils peuvent aussi se trouver pris au piège.

10h00 – 12h00 - Table ronde 1 : « La négociation : manœuvre ou processus de paix ? »

La négociation s’impose aux colonisateurs lorsque la lutte l’a rendue incontournable : les colonisés se sont imposés comme des interlocuteurs qu’il fallait écouter. Cependant, les colonisateurs arrivent à la table de négociations sous la pression des colonisés : leur objectif premier est donc d’alléger cette pression, d’amoindrir ou de faire cesser la lutte. Tout l’enjeu est alors de savoir si la négociation parvient à s’imposer comme un véritable processus de paix, où la situation coloniale trouvera une issue, ou si elle n’est qu’une manœuvre des colonisateurs pour « avoir la paix », faire cesser ou atténuer les revendications des colonisés, sans vouloir leur accorder satisfaction.

-  Irlande du Nord – Joe Austin
-  Palestine – Nahla Chahal
-  Sahara occidental – Omar Mansour
-  Kanaky – Rock Hoacas
- Louis Kotra Ugerei, fondateur du FLNKS, dirigeant de l’USTKE

14h00 – 16h00 - Table ronde 2 : « La négociation, un rapport de force : lutte de libération, mouvement anticolonial et communauté internationale »

En définissant l’articulation entre négociation et lutte, on oppose colonisateur et colonisé. Pourtant le schéma est souvent plus complexe. La colonisation moderne entre en effet dans des logiques mondiales de relations internationales et la négociation fait aussi entrer en jeu des acteurs internationaux. La communauté internationale joue ainsi un rôle important : les décolonisations se sont presque toutes opérées, depuis 1945, sous les auspices de l’ONU. Mais les sociétés civiles peuvent aussi orienter la politique internationale en réclamant le droit et la justice. Communauté internationale et sociétés civiles sont deux acteurs, directs ou indirects, des négociations de décolonisation. Cependant, leurs efforts parfois se conjuguent en vont dans le même sens, et parfois divergent et vont dans des sens opposés.

-  Afrique du Sud – Jacqueline Derens
-  Palestine – Kawthar Guediri
-  Algérie – Nils Andersson
-  Cameroun – Manuel Domergue

16h15 – 18h15 - Table ronde 3 : « L’enjeu de la négociation : sortir du colonialisme » (Afrique du Sud, RDC)

La négociation vise à instaurer une nouvelle donne géopolitique. Il s’agit de penser une situation où les droits des colonisés seront respectés, une société sans colonisation. Cependant, cette décolonisation peut prendre des formes diverses et il est important que la question de la société d’après le colonialisme soit centrale au cours de la négociation. Elle doit donc prendre en compte l’ensemble des aspects économiques et sociaux créés par la société coloniale, sous peine de voir se perpétuer des clivages anciens.

-  Irlande du Nord – Joe Austin
-  République Démocratique du Congo – Saïd Abass Ahamed
-  Afrique du Sud – Jacqueline Derens



Commentaires